Témoignages

Tout SBS suit une évolution biphasique ? condition que le conflit ait

Le schéma ci-dessus montre un SBS (programme biologique spécial bien-fondé) classique, lorsqu'il y a eu solution du conflit (CL). C'est le cas le plus courant, mais dans 5 à 10 % des cas, il n'y a pas solution du conflit, soit parce que l'individu ne trouve pas de solution, soit parce que la nature a justement prévu la non-résolution du conflit, pour pouvoir permettre la formation de groupes sociaux, que ce soit dans le milieu animal (troupeau, horde) ou dans la famille.

Le schéma ci-dessus montre que la normotonie (rythme jour-nuit) est transformée par le DHS en sympathicotonie permanente, ce qui correspond à un stress continu, stress qui durera jusqu'à la solution du conflit, où, lors de la conflictolyse, s'installe une vagotonie permanente. Nous pourrions traduire vagotonie par une fatigue ou un repos continuel. Cette vagotonie ne sera interrompue, à son point le plus bas, que par la crise épileptique ou épileptoïde, pointe sympathicotonique qui caractérise le revirement de la phase vagotonique, avec un besoin d'uriner important qui permettra l'élimination d'une grande partie des dépôts liquides. Le SBS se termine avec le retour à la normalité ou normotonie.

Tous les médecins ont dû, pour leurs examens, apprendre par coeur les "1000 maladies de la médecine" avec leurs symptômes et leurs thérapies. Nous connaissions environ 500 maladies "froides" (cancer, angine de poitrine, sclérose en plaques, dépression et troubles mentaux, etc...) et environ 500 maladies "chaudes" (infections, rhumatisme, leucémie, ostéosarcome, maladie de Hodgkin, etc...). Ce que nous avons appris comme "maladies" n'étaient qu'une phase du SBS pour les "maladies" "froides" de la sympathicotonie. Nous n'avions pas vu la phase "chaude" de la vagotonie (grippe ou autre "maladie" infectieuse) et pour les "maladies" "chaudes", nous avons manqué la phase "froide" ou nous l'avions, par erreur, identifiée comme "maladie" à part entière. Ainsi, nous ne pouvions comprendre la "maladie" et ne pouvions donc pas traiter le patient de façon vraiment scientifique.

Nous avons été jusqu'à l'absurde, lorsque nous avons par exemple identifié la crise épileptoïde de l'infarctus (pointe sympathicotonique au plus bas point de la vagotonie) comme une "maladie" à part entière.

Pauvres ignorants que nous étions, nous avons présumé 10 "maladies" en cas de cancer de l'os, bien qu'il ne s'agisse que d'un seul SBS :

Cancer de l'os = ostéolyse =

  • "métastases" ostéoclastes : plasmocytome, ostéosarcome, rhumatisme articulaire aigu, rhumatisme articulaire chronique primaire;

  • "métastases" ostéoblastes : anémie, polycythémie, leucopénie et leucémie.

Nous n'étudierons pas encore la 5ème loi biologique de la Médecine Nouvelle : "la quintessence". Sinon nous devons reconnaître que nous avons interprété les "maladies" comme des manifestations malignes, des pannes d'une nature imparfaite, comme le mal, alors que les seuls maux étaient notre ignorance sans limite. La nature a toujours été parfaite !

DE  PL  HU 

Newsletter