Témoignages

 

UNIVERSITE DE TRNAVSKA
Homopotocna 23,918 43 Trnava

  

 

Certifié Conforme
Hérisau, le 17 Septembre 1998

 

 ATTESTATION

 

Les 8 et 9 septembre 1998, à l’Institut de Cancérologie HI. Elisabeth de Brastislava et dans le service de cancérologie de l’hôpital de Trnava, sept cas de patients avec au total plus de 20 maladies, ont été étudiés en présence du recteur de l’Université de Trnava et de 10 maîtres de conférences et de professeurs. Les protocoles médicaux de ces cas, qui ont été établis par le Dr HAMER, sont joints à la présente. Il fallait constater si son système pouvait être vérifié d’après les règles scientifiques de reproductibilité.
Cela a été le cas.
Dans chacun des 100 faits étudiés selon les règles de la « Médecine Nouvelle », il a été démontré que les lois de la nature, selon la « Médecine Nouvelle, s’appliquaient, bien que, certains cas n’aient pu être étudiés par manque de rapport d’examen complet.

Les soussignés indiquent donc qu’il peut être assuré avec la plus grande vraisemblance, que sa présentation lors de deux conférences/vérifications, démontre son système avec la plus grande probabilité. Nous estimons très haut l’engagement humain, éthique et patient du Dr HAMER ainsi que sa nouvelle approche globale du patient. En considérant tous ces facteurs, nous sommes d’avis que la question d’une utilisation prochaine de la « Médecine Nouvelle », doit être poursuivie d’urgence.

 

Trnava 11.09.1998

Prof. MUDr. J. Pogady, Dr SC., Prof. F. Psychiatrie, Président de la Commission
Prof. MUDr. V. Kromery, Dr Sc., Doyen de la Faculté
Prof. RNDr. J. Miklosko, Dr Sc., Recteur de la Faculté de Recherches

==================================================================

 

 

Dr. Ryke Geerd Hamer

Trnava, le 11.09.1998

DECLARATION

 

Suite à la confirmation par l’Université de Trnava
de la vérification de la Médecine Nouvelle* effectuée le 11.09.1998

 

Depuis le 11 septembre 1998, la Médecine Nouvelle est confirmée officiellement suite aux travaux de vérification effectués à l’Université de Trnava (Tyrnau) les 8 et 9 septembre 1998.
Le document a été signé par le Pro recteur (mathématicien), le Doyen (oncologue), et le président de la commission scientifique, professeur en psychiatrie.
Pour cette raison, la compétence des signataires ne peut être mise en doute.
Les universités d’Europe de l’Ouest, principalement l’université de Tübingen, se sont vigoureusement refusées depuis 17 ans à effectuer une telle vérification scientifique.

Dans les années passées, beaucoup de médecins ont procédé à la vérification des lois naturelles de la Médecine Nouvelle au cours de 26 conférences/vérifications. Lors de celles-ci, tous les cas ont toujours été démontrés exacts. Pourtant ces documents, même avec certification notariale, n'ont pas été reconnus. Toujours et partout il a été « argumenté » que tant que cette vérification ne serait pas effectuée officiellement par une université, elle ne compterait pas et tant que cela ne serait pas fait, la médecine d’école seule serait « reconnue ».

La Médecine Nouvelle, avec ses 5 lois naturelles et biologiques, sans hypothèse supplémentaire, est valable pour l’homme, l’animal et les végétaux. Elle est si claire et cohérente que l’on aurait pu, et on aurait dû, facilement la vérifier avec le premier cas venu, si on l’avait seulement voulu.

Les appels au meurtre, campagnes médiatiques, poursuites par les médias ou interdiction d’exercer, diverses tentatives d’attentat et menaces de traitement psychiatrique forcé (pour perte du sens des réalités), jusqu’à l’arrestation (à cause de trois informations données gratuitement sur la Médecine Nouvelle. Pour cela on m’a mis en prison pendant une année). Tout ceci ne remplace pas les arguments scientifiques pour contrer un adversaire scientifique.

L’étouffement de la découverte, comme on peut le reconnaître maintenant, n’a-t-il pas été l’expression de la force brutale afin de garder le pouvoir et les biens de l’ancienne médecine ?

La Médecine Nouvelle est la médecine de l’avenir.
L’obstruction envers elle rend le crime contre l’humanité chaque jour plus grand !
D’après les statistiques aussi officielles que celles du centre allemand de recherches contre le cancer d’Heidelberg, on peut toujours constater que très peu de patients, traités à la chimiothérapie par la médecine d’école, sont toujours en vie après 5 ans. Le ministère public de Wiener Neustadt devait concéder à ce sujet que, lors de la perquisition du « Centre de la Médecine Nouvelle de Burgau », les 6500 adresses de patients saisies ont permis de constater que plus de 6000 étaient encore en vie après 4 et 5 ans, soit plus de 90 %.

L’exigence de vérification par une université est remplie. Maintenant, les patients ont droit à ce que soit mis fin au pire et plus cruel crime contre l’humanité, et que tous aient la même chance d’être traités officiellement selon les 5 lois biologiques naturelles de la Médecine Nouvelle.
J’en appelle à tous les hommes et toutes les femmes sincères et je sollicite leur aide.

Dr. Hamer

=================================================================

UNIVERSITE DE TRNAVA
Hornopotocna 23, 91843 Trnava

Ass.Prof. Dr Jozef Miklosko, DrSc.
Vice-Recteur pour les Sciences, la Recherche
et les relations Internationales

DECLARATION

 

A la requête du Dr Hamer, je transmets en tant que Recteur pour la Science, la Recherche et les Relations Internationales, de l’Université de Trnava, la déclaration suivante :
L’Université de Trnava a été réouverte en 1992 après de nombreuses années de fermeture. Les cours et les recherches sont souvent consacrés à certains thèmes interdits sous le régime précédent. A l’époque du communisme un certain nombre de nos collègues ont été poursuivis et emprisonnés. C’est aussi pour cette raison que des chercheurs d’orientations diverses s’adressent à nous en nous priant de vérifier leurs résultats. C’est pourquoi nous avons une compréhension plus grande pour les travaux de recherche du moment et leur vérification, même dans le cas de thèmes controversés, comme c’est aussi le cas de la “ Médecine Nouvelle* ” du Dr Hamer. En tant que scientifiques et pédagogues d’orientation chrétienne, nous avons l’obligation morale de vérifier les idées qui pourraient être utiles à l’humanité. Nous avons été très étonnés par le fait que le Dr Hamer recherche vainement depuis 1981, un moyen de vérifier la “ Médecine Nouvelle ”. Nous avons été encore plus étonnés que lui ait été enlevée la possibilité d’exercer la médecine et qu’il ait été emprisonné en 1997 pour avoir exercé son activité. Tandis que de par le monde entier, des millions de personnes meurent de maladies actuellement inguérissables, en notre devoir de chrétiens et de scientifiques, nous pensons pouvoir être utiles en mettant en pratique une bonne idée.
Le Dr Hamer a sollicité une procédure d’habilitation à la Faculté de Santé Publique et du Travail social de l’Université de Trnava. Il a joint à sa demande d’habilitation environ 100 copies de prises de positions et de pétitions, émanant de différentes personnes qui expriment également le besoin du contrôle et de la vérification de sa conception, ce qui ne lui a pas été rendu possible jusqu’à présent. Après l’exposé d’Habilitation du Dr Hamer à Trnava, la Commission a rendu hommage à “ son intérêt pour la globalité des patients, et sa constance dans la recherche de nouveaux rapports entres les vécus psychiques subjectifs et les manifestations organiques subséquentes ”. Par vote secret, la Commission est arrivée à la conclusion que la procédure d’habilitation ne pouvait pas se poursuivre sous la forme présentée.

Des examens de vérification ont été effectués auprès de 7 patients, à Bratislava et à Trnava, les 8 et 9 septembre 1998, dans le cadre de la procédure d’habilitation. Ces examens ont été effectués en présence de 8 et 10 Professeurs et Maîtres de Conférences. Il existe une documentation préparée par le Dr Hamer sur tous ces cas, relevée en trois exemplaires, à l’Université de Trnava. Un document a été rédigé le 11 septembre 1998 et ratifié par trois personnes responsables. Ces trois signataires ont acquis la conviction que la question de l’utilisation prochaine de la “ Médecine Nouvelle ” devrait être poursuivie d’urgence. Les signataires sont en possession des trois originaux et le Dr Hamer est en possession de deux copies supplémentaires. Le 12 septembre 1998 j’ai eu une interview d’une heure avec le Dr Hamer. Le Dr Hamer est en possession de la vidéo et je possède la bande sonore.

Trnava, le 4.2.1999

Maître de conférences - Dr Jozef Miklosko DrSc

* Afin d’éliminer toute confusion, le Dr Hamer a changé la dénomination  La Médecine Nouvelle. Désormais, officiellement seule la « Germanische Heilkunde® » se réfère à la découverte du Dr.Ryke Geerd Hamer.

 

=================================================================

Déclaration personnelle – JOSEF MIKLOŠKO

Je soussigné Josef Mikloško, ancien vice-directeur des Droits de l'Homme en Tchécoslovaquie de 1990 à 1992 et vice-recteur de l'Université de Trnava à Trnava, responsable pour les questions scientifiques, la recherche et les relations internationales de 1997 à 2000, voudrais indiquer ce qui suit sur le "cas Hamer" :

Le Docteur Hamer devrait déjà depuis plus de 15 ans travailler dans une clinique moderne et non se retrouver en prison ou être constamment en danger. Je l'ai rencontré à plusieurs reprises et je suis persuadé qu'il a trouvé une excellente voie contre le cancer et les autres maladies ayant un sens pour l'humanité. Il a aidé des milliers de patients de par le monde et aujourd'hui de nombreux médecins, de façon indépendante, utilisent cette voie pour le bien des malades. J'envoie souvent des patients désespérés vers ces médecins qui sans la chimiothérapie et la radiologie peuvent les aider et guérir, pas seulement du cancer, de façon surprenante.

Dans le "cas Hamer", j'ai séparé son enseignement de sa personne et je me suis consacré à son cas pour les raisons suivantes :

  • Humanitaire, parce qu'on doit prendre au sérieux et vérifier toute tentative qui peut alléger les souffrances des millions de malades,

  • Scientifique, parce que cette théorie et cette pratique sont rejetées par beaucoup d'institutions, sans avoir vraiment tenté de confirmer ou de refuser les résultats par des recherches.

  • Humaine, parce qu'il s'agit d'une personne qui est poursuivie pour ses opinions, sans qu'il lui soit donné la possibilité de se défendre.

  • Economique, parce que la tendance de toujours plus utiliser des moyens chimiques chers en médecine est dans une impasse.

Dans la "Déclaration de Trnava" de septembre 1998, après réflexions et discussions, nous avons donné notre opinion sur le fait que la voie Hamer est juste selon la probabilité la plus haute et que son utilisation pratique devait être recherchée. Je peux également confirmer que, sous mes yeux, le Professeur L. Pogady, Président de la Commission scientifique, ainsi que le Professeur V. Kromery, Doyen de la faculté, ont signé avec moi. Ma déclaration de la situation du 4.2.1999 est en pièce jointe.

Je me permets, à cause des millions de malades et pour la vérité scientifique, de demander de laisser le Dr Hamer réaliser son travail, de le laisser en paix pour travailler. Je ne vois aucune raison de le juger et de le mettre dans un cachot.

Meilleures salutations.                                                            

 

Rome, le 12.12.2004
Doz.RNDr.Josef Mikloško, DrSc

 

Professeur Miklosko et Dr Ryke Geerd Hamer
Trnava 9 septembre 1998

 

La hache de Trnava.

Cas présenté au Dr Hamer, au cours de la conférence/vérification, Université de Trnava (Extrait du livre Krebs©) - Dr. Ryke Geerd Hamer®

C’est au deuxième jour de la vérification de la Germanische Heilkunde®, par l’Université de Trnava, que m’a été présenté le troisième et dernier cas de la journée dont le caractère dramatique serait difficile à dépasser.
Ainsi qu’on me le répéta, le Pro recteur de l’Université, le Dr Jozef Miklosko, Professeur de mathématiques, le rapporta le jour même à ses collègues, de la façon suivante :
« Aujourd’hui j’ai vécu quelque chose qui m’a complètement bouleversé, et nous tous qui étions présents, le furent, même le Prof. Jurga, oncologue. Le Dr Hamer est un obstiné, un Frison, pas moyen de lui faire perdre son sang froid, tout ce qu’il a dit fut : « le patient a dû ressentir une immense attaque contre son cœur ».

Pendant toute une heure il avait questionné le patient à propos de son cœur, calmement, poliment : Il lui a demandé s’il avait eu un infarctus du myocarde ou une angine de poitrine, si son père, sa grand-mère, son grand père ou son (chien) basset avaient eu un infarctus, ce qui l’aurait beaucoup éprouvé. La réponse du patient de 75 ans était toujours la même, non, il n’avait eu aucun conflit de cette nature.

Tandis que nous étions de plus en plus tendus et nerveux à l’extrême et que le Prof. Jurga passait d’une fesse à l’autre de sa chaise, prêt à se lever pour dire : « Allons, Monsieur Hamer, il n’y avait probablement rien, il ne s’agit donc pas des lois de la nature comme vous le prétendez ! » le Dr. Hamer fut le seul à rester tout à fait calme, manifestement parce qu’il était, ou qu’il est, tout bêtement, sûr de lui. Au bout d’une heure il questionna à nouveau le patient à propos du chien. Avec le mot clef chien, le patient se souvint brusquement : « oui, il y a 23 ans, il s’est passé quelque chose, une chose très effroyable… ».

Nous fûmes brusquement tous comme électrisés quand le patient rapporta enfin le pire des conflits d’attaque contre le cœur qui puisse exister…

23 ans auparavant il s’est produit le terrible événement qui suit :
A l’époque de la kermesse du village pour laquelle tous avaient élevé beaucoup d’oies destinées à être sacrifiées pour la fête populaire, dans la nuit précédente, le patient entendit brusquement le chien aboyer. Vêtu de son seul caleçon, il se précipita dans le jardin, pour voir ce qui s’y passait. Il vit dans le noir la silhouette d’un homme qui cherchait manifestement à voler des oies.
Au dernier instant il reconnut son voisin devant lui. Au même moment un coup de hache s’abattit contre lui.
Il fut atteint à quelques centimètres du mamelon gauche par le coup de hache qui traversa les côtes et pénétra jusqu’à la garde dans la cavité thoracique.
Dans cet événement gravissime il s’agissait du classique et véritable « conflit d’attaque contre le cœur » avec mésothéliome¹ du péricarde.

Le médecin appelé supposa également que le cœur était atteint et pratiqua un massage cardiaque. Quand le médecin se rendit compte que le cœur continuait à battre, il ordonna le transfert à Tyrnau (Trnava), distant de 20 kilomètres, après avoir bandé la cage thoracique.

¹Mésothéliome = La « peau interne » de notre corps  comme, par ex. le péricarde dans la région du médiastin, fait partie des membranes dépendantes du cervelet. Nous distinguons ici le péricarde viscéral et pariétal. C’est pour cette raison que l’on appelle leurs cancers des mésothéliomes.
Cette   membrane sous la dépendance du cervelet est responsable de l’œdème que l’on appelle dans la phase de réparation, épanchement si redouté du péricarde avec tamponnade du péricarde ! Une très bonne chose, en principe, mais tout de même redoutée en raison de complications au cours de la phase pcl, surtout s’il y a le Syndrome.
Cependant, il est important de savoir que toutes les tumeurs régies par le cervelet dont le péricarde pour ce cas, produisent des liquides en phase pcl, et ceci, aussi bien durant la réduction tuberculeuse qu’en l’absence de tuberculose c’est à dire sans réduction des tumeurs.

A l’époque cela s’est déroulé tout d’abord par un chemin long et difficile : c’est en charrette à chevaux que je fus transporter sur la route cahoteuse jusqu’à la gare de chemin de fer la plus proche, ensuite par le train jusqu’à Trnava.
Le malade fut hospitalisé un certain temps.
Il avait également un affreux conflit semi génital qui constituait une autre partie du DHS avec un adénocarcinome de la prostate au niveau organique, parce que le patient avait reconnu son voisin en tant que voleur.
Un troisième constituant était le conflit moteur avec une paralysie motrice, un conflit typique de ne pas pouvoir fuir.
Après l’agression, le patient était tombé, comme foudroyé par un éclair.Dans l’immédiat, son conflit biologique fut résolu dans tous ses constituants après son rétablissement et sa sortie de l’hôpital, du fait que le voisin avait été puni et emprisonné.
Toutefois, quand le voisin fut relâché, le patient, par la force des choses, revivait constamment son conflit.

Il faisait de petites récidives de conflits ainsi que de brèves phases de solution lorsqu’ il ne voyait pas son voisin pendant quelques temps.
E1998, l’adénocarcinome de la prostate était avancé au point de poser des problèmes au niveau de la miction ce qui explique que le patient a subi une chirurgie de la prostate avec orchectomie.
En raison de son âge, le patient a été obligé de quitter sa maison, car il ne pouvait plus s’assurer seul. Il est allé s’installer chez sa fille et son gendre, c’est à ce moment-là qu’il a fait une grande solution de conflits dans les trois domaines :
La prostate partiellement réséquée enfla à nouveau et provoqua des problèmes de miction.
Le mésothéliome du péricarde provoqua une tamponnade du péricarde² qui, depuis, semble à nouveau être en train de régresser.
Les malaises dus au tamponnement du péricarde avaient été interprétés par la médecine d’école comme des troubles causés par des hémorragies cérébrales, appelés vertiges oscillants.
La solution de la paralysie partielle des deux jambes se renforça effectivement durant la phase de régénération, comme cela se produit habituellement dans les œdèmes de réparation du centre moteur cortical.

A la fin de cette démonstration, le Prof. Jurga ne put que soupirer :
« Monsieur Hamer, cela m’a convaincu à 300%. Tout cela, vous ne pouviez ni le savoir, ni le deviner car, bizarrement, rien de tout ceci ne figure dans notre anamnèse. Je suis véritablement convaincu par le calme et l’assurance avec lesquels vous avez pu postuler ceci ! Alors, c’est que la Médecine Nouvelle doit être juste !
Remarque : ni les foyers de Hamer, ni leurs équivalents ne furent jamais contestés, que ce soit au niveau psychique, cérébral ou organique.
De même que l’épanchement massif du péricarde avec une insuffisance cardiaque associée, qui est, à présent, déjà en voie de réduction, ne fut pas diagnostiqué non plus.
Le malade a été extrêmement fatigué et pouvait à peine gravir des escaliers pendant un an seulement.

 

²Tamponnade cardiaque est un épanchement péricardique compressif, est une urgence médico-chirurgicale.

DE  PL  HU